© 2016-18 Yves-Marie Exumé : Pieds poudrés. Créé avec Wix.com

  • b-facebook
  • Twitter Round
  • Instagram Black Round

Ma sœur élève la nouvelle génération de pye poudre

15.02.2018

Les Douyon de Port-Salut sont des pye poudre. Le goût de l’aventure et des voyages se transmet d’une génération à l’autre. Ma sœur et moi ne portons pas le patronyme, mais c’est ce sang coule dans nos veines. Ma mère a élevé deux pye poudre, et elle en est fière.

 

La recette de ma mère : commencer tôt et commencer chez soi. Ma mère tenait à ce que nous fassions du tourisme intérieur. Lorsque nous n’avions pas une roulib (un lift, comme on dit ici), nous utilisions le transport en commun.

 

Ce week-end, trois générations de Douyon (mes 2 neveux, ma sœur et ma tante) ont pris la route en direction de Ouanaminthe afin d’éviter les festivités carnavalesques de PauP — ou afin de profiter du congé férié. Les 4 faisaient partie d’une équipe solide (plus d’une douzaine de personnes, dont 5 enfants).

 

Leur itinéraire m’a beaucoup impressionné : Ounanminthe, Fort-Liberté, PauP, Port-Salut en 5 jours.

 

Des vues imprenables

Samedi matin, 7 h : le départ. J’imagine le branle-bas. Je vois le nombre impressionnant de sacs de voyage. Les femmes Douyon, des Douyon de Port-Salut, ont la renommée de voyager lourd. Très lourd. Une affliction dont je suis guérie depuis belle lurette.

 

Pour se rendre à destination, le groupe a emprunté la route nationale #3. En chemin, ils ont aperçu d’élégantes montagnes ainsi que les méandres du Fleuve Artibonite. À proximité de Dondon, ils ont pu voir l’imposante Citadelle Laferrière, joyau du Nord.

 

Ouanaminthe, wi foot!

Un des membres de l’équipe solide fait partie du comité directeur du Ouanaminthe Football Club. Tout le monde s’est donc rendu au match. Les enfants aussi! (J’anticipe déjà les trips de foot que je planifierai avec ces deux là!)

 

Côté hébergement, ils ont eu recours à un hôtel.

 

Direction Fort-Liberté

Fort-Dauphin, vous connaissez? Je n’y ai jamais été.

 

 

Fort-Liberté se trouve à un peu plus de 20 kilomètres de Ouanaminthe. Quant à y être, m’a expliqué ma sœur, on a parcouru ces quelques kilomètres pour offrir aux enfants une leçon d’histoire sur place.

 

Je ne peux décrire la joie et la fierté que j’ai ressenties en voyant la photo de mes neveux assis sur les canons, marchant dans ce qui reste du fort.

 

De la joie, parce qu’ils voient de près les vestiges de notre passé glorieux. L’été dernier, pendant qu’il était de passage à Gatineau, Mathys a exprimé sa frustration face à la situation d’Haïti. Il ne voulait pas y retourner, disait-il, dans ce pays où il ne pouvait pas sortir à son gré. Il avait remarqué « qu’ici, les routes n’ont même pas de trous ». J’étais donc heureuse de voir son visage souriant. J'étais heureuse qu'il puisse aussi avoir une bonne impression du pays.

 

De la fierté, parce que je vois ma sœur suivre les pas de ma mère. La voir se promener à travers le pays avec ses petits me rappelle de bons souvenirs d’enfance.

 

Port-Salut, la ville de nos étés d’enfance

Lorsque je vous dis que ma sœur est pye poudre comme moi...

 

Ils sont revenus à PauP dimanche soir. Histoire de travailler la demi-journée du lundi. Vers 2 h, ce jour-là, départ pour le Sud : Port-Salut, ville natale de ma mère et de son père. Cette fois-ci, ils ne sont que 5 à faire la route.

 

Vous savez déjà que Port-Salut occupe une place particulière dans mon cœur. J’y ai passé de nombreux étés. Cependant, je n'y ai pas remis les pieds depuis 12 années. Ma dernière visite n'était pas joyeuse. J'y enterrais mon grand-père. Depuis, je n’ai plus vraiment eu le goût d’y retourner.

 

Bien entendu, leur vraie destination était Pointe Sable. Cette plage au sable fin et à l'eau claire. Cette plage qui, à jamais, me servira de référence pour évaluer les autres.

 

J’ai ri lorsque j’ai vu les photos de mes neveux recouverts de sable avec les yeux brillants. Qu'ils connaissent, eux aussi, les plaisirs de la plage (de cette plage !) me fait chaud au cœur.

 

Tatie gaga

J’adore mes neveux. Vous l’avez sans doute remarqué. Qu’ils commencent déjà à apprécier ces déplacements me donne chaud au cœur. Je me vois déjà, la tatie cool, qui les emmène en voyage. La tatie qu’ils consulteront lorsqu’ils devront choisir une destination.

 

Mathys a 7 ans et Idrys en a 2. Ils ont déjà mis les pieds dans au moins 5 des 10 départements d’Haïti. À l’international, ils ont 3 pays à leur actif. D’une génération à l’autre. Je n’ai aucun doute : la relève est assurée.

Please reload

RECENT POSTS:
SEARCH BY TAGS:
Please reload

October 11, 2019

Please reload